Rapport 41 Athlètes bannis des Championnats d'Europe d'haltérophilie

1419
Milo Logan
Rapport 41 Athlètes bannis des Championnats d'Europe d'haltérophilie

Les Championnats d'Europe d'haltérophilie 2019 ont débuté à Batoumi, en Géorgie, ce week-end, mais 41 athlètes de 18 pays ont été exclus pour ne pas se conformer aux règlements de l'Agence mondiale antidopage.

Notez que cela ne signifie pas qu'ils ont été testés positifs pour les substances interdites. Au contraire, les athlètes ne se sont pas conformés aux règles qui les obligent à enregistrer régulièrement leur localisation sur le site Web de l'AMA via un programme appelé ADAMS, ou système d'administration et de gestion antidopage. Notez que l'IWF applique la règle, mais ADAMS est géré par l'AMA, et que la règle est en place pour que l'AMA connaisse l'emplacement des athlètes au cas où ils décideraient d'effectuer un test de dépistage de drogue au hasard - ne pas fournir les informations peut être considéré comme une tentative d'éviter les tests.

Selon Inside the Games, les athlètes interdits (qui ne sont actuellement pas nommés) venaient de toute l'Europe - Scandinavie, Europe centrale, Balkans et anciens pays soviétiques - et beaucoup sont arrivés en Géorgie pour concourir sans savoir qu'ils n'étaient pas éligibles à la levée.

Ce n'est pas la première fois que cette règle rend les athlètes inéligibles à la compétition. En octobre dernier, plus de 70 athlètes ont été exclus des championnats du monde d'haltérophilie, principalement pour la même raison, mais peu de sympathie a été trouvée à l'IWF. Le directeur général Attila Adamfi a déclaré à l'époque: «L'IWF est déterminée à protéger les athlètes propres non seulement en introduisant des règles strictes, mais aussi en les appliquant strictement. L'IWF surveille strictement les informations sur la localisation des athlètes avant les événements de l'IWF."

Image via la Fédération européenne d'haltérophilie sur Facebook.

Aux Championnats d'Europe d'haltérophilie, de nombreux athlètes ont signalé des difficultés à utiliser le système, affirmant qu'il était obsolète et enclin à s'écraser. L'haltérophile belge Tom Goegbuer, qui siège désormais à la Clean Sport Commission de l'IWF, a déclaré,

Je suis en colère que ce système ne soit pas meilleur, que le logiciel global d'ADAMS ne soit pas convivial. J'ai utilisé ADAMS pour la première fois en 2006 et maintenant il a la même apparence, à la différence que la connexion prend plus de temps. Les choses changent si vite dans le monde de l'informatique, des logiciels - ADAMS devrait s'améliorer avec le temps, mais ce n'est pas le cas.

Un porte-parole de l'AMA a repoussé, déclarant à l'intérieur des Jeux: «Nous savons que certains athlètes ont rencontré des difficultés avec des éléments de l'application de localisation (…) Si les athlètes rencontrent des difficultés avec une partie quelconque du processus de dépôt d'informations sur la localisation, il y a un certain nombre de des alternatives simples s'offrent à eux. Dans ces cas, la fédération internationale ou l'agence nationale antidopage compétente en informerait l'AMA."

Le nombre d'athlètes concourant à Batoumi est passé de 401 à 360.

Image sélectionnée via la Fédération européenne d'haltérophilie sur Facebook.


Personne n'a encore commenté ce post.