L'histoire de Kettlebell remonte beaucoup plus loin que la Russie

3320
Oliver Chandler

Le problème avec l'histoire du kettlebell est que, étonnamment, peu de gens s'en soucient.

«Disons que vous êtes un fan de baseball. Tu joues de façon récréative, tu sais qui est Babe Ruth, tu connais les différents stades. Mais dans la culture de la condition physique, les gens ne savent presque jamais rien de l'histoire! Peut-être qu'ils savent qui est Sandow, mais c'est tout."

Il s'agit de Victoria Felkar, historienne socioculturelle du sport qui termine un doctorat à l'Université de la Colombie-Britannique sur les perceptions historiques du corps musclé. (Son mémoire de maîtrise portait sur l'essor de l'haltérophilie en prison. Travail sympa, à droite?) Elle a également un projet parallèle qui cherche à répondre à la question qui la tient éveillée la nuit: pourquoi la kettlebell a-t-elle soudainement explosé en popularité en 21?st Amérique du siècle?

Une photo publiée par Victoria Felkar (@victoriafelkar) sur

Victoria Felkar, historienne du fitness, doctorante, formatrice et badass polyvalente.

Si vous êtes fan de kettlebells, vous avez probablement une réponse en deux mots: Pavel, duh. Pavel Tsatsouline est largement reconnu comme le premier homme à populariser les kettlebells aux États-Unis après que l'ancien entraîneur des forces spéciales soviétiques a émigré de Biélorussie à la fin des années 90.

C'est faux. C'est tout faux. Et dans sa quête pour découvrir l'histoire secrète du kettlebell, Felkar, avec certains de ses collègues, a voyagé dans les archives du monde entier et a voyagé dans le temps (euh, métaphoriquement) à l'ancienne Ecosse, Russie, Chine, L'Allemagne et l'Amérique elle-même - environ cent ans avant même que Pavel n'atterrisse sur ses rives.

Alors, quoi de neuf avec kettlebells?

Un licou, l'un des ancêtres du kettlebell.
Image de Portum, sous licence CC BY-SA 3.0 

Un quoi?

Le premier obstacle pour répondre à la question de Felkar est que les kettlebells ne sont guère plus qu'un poids avec une poignée sur le dessus. C'est, intuitivement, un outil de force assez utile, ce qui signifie qu'un parcelle des sociétés, des moines de Shaolin en Chine aux athlètes du Highland Game en Écosse, ont produit des variations sur le modèle, parfois sous des noms tels que «poids à manche annulaire» et «cadenas en pierre»."

Même aujourd'hui, il existe des kettlebells de compétition, des kettlebells grand public, des kettlebells Onnit à face de singe et d'autres variantes que certains puristes n'appelleraient jamais une kettlebell.

«Des suggestions ont été faites que dans la civilisation occidentale, des objets ressemblant à des kettlebells étaient utilisés dès la Grèce classique», écrit-elle dans son article actuellement non publié sur le sujet:

Selon (historien et powerlifter) Jan Todd, ¹ ² au cinquième siècle B.C. les Grecs de l'Antiquité avaient développé trois instruments lestés différents, dont un objet appelé le 'haltere.Bien que Todd note qu'il y avait de grandes variations dans leur apparence et leur composition, certains des mouvements décrits de ce poids `` oscillant '' sont similaires à la kettlebell d'aujourd'hui.

"Le kettlebell est un objet d'haltérophilie très inconnu et peu apprécié", explique Felkar à BarBend. «C'est un outil, c'est un appareil, il peut être utilisé en compétition et en performance. Vous avez le mélange non seulement de divers endroits à l'aide de la cloche à travers le monde, mais vous avez également des modifications dessus."

Une photo publiée par Ironcompany (@ironcompanydotcom) le

De Russie avec amour

Habituellement, son moderne la popularité est attribuée à la Russie, où on l'appelle giro ou alors girya. Ce terme est apparu pour la première fois dans les dictionnaires russes en 1704 et provient du mot persan Gerani, signifiant «difficile.«Il a également été attribué à l'ancien mot slave gur, qui signifie "bulle."³ ⁴

L'histoire raconte que les agriculteurs russes ont utilisé des kettlebells comme contrepoids pour mesurer le grain au marché. Au fur et à mesure que les agriculteurs ennuyés apprenaient, les poids pouvaient être soulevés et jetés dans des exploits de force et d'endurance, giros a commencé à jouer un rôle central dans les festivals agricoles.

Au tournant du XIXe siècle, un médecin russe du nom de Vladislav Krayevsky s'est rendu compte que le kettlebell méritait une place en médecine du sport. Krayevsky (également appelé von Krayeski, Kraevskogo et Krajewski) se trouve être le médecin personnel du tsar russe, qui a popularisé l'entraînement au kettlebell dans l'armée russe, ce qui l'a finalement élevé au rang de sport national.⁵ ⁶

Mais ce n'est pas toute l'histoire. Alors que les historiens déterrent de plus en plus de documents, dont certains se trouvent dans des archives comme celles du Stark Center à Austin et de la bibliothèque Open Source de la culture physique, il est devenu clair que les kettlebells étaient présents dans plus d'endroits que la Russie.

«Il y a des photographies de femmes et d'hommes forts avant les années 1900 qui utilisaient des kettlebells dans des exploits comme la presse à bras plié et les prises isométriques latérales étendues», explique Felkar, en citant une vieille image de la femme forte Elise Serafin Luftmann comme exemple.

Et surtout, bon nombre de ces vieilles images sont sorties de Allemagne, qui a une histoire d'utilisation de l'outil largement méconnue. Il y a même des preuves que c'était le premier endroit, ou l'un des premiers endroits, où le kettlebell a été utilisé dans le cadre de la culture de la condition physique et des routines des hommes forts. Le kettlebell n'est pas purement russe après tout.

Friedrich Ludwig Jahn était connu sous le nom de «Turnsvater Jahn», ce qui signifie «père de la gymnastique."

«Il existe des tonnes de manuels et de journaux de formation en allemand et des trucs comme celui des XVIIIe et XIXe siècles qui présentent le kettlebell, bien que souvent sous des noms différents», explique Felkar. «Prenez le système Turners de la gymnastique, créé par Friedrich Ludwig Jahn. Il était l'éducateur physique allemand qui a en quelque sorte créé ce système de gymnastique qui est vraiment la marque des programmes d'éducation physique que nous avons en Amérique aujourd'hui. Et il y a des premières photographies de ses disciples utilisant des kettlebells."

Étant donné qu'une grande partie du Turners System s'apparente aux programmes d'exercices utilisés dans CrossFit, Felkar plaisante en disant que ces photographies du père ancestral de Greg Glassman, pionnier de l'entraînement avec kettlebell, sont «le rêve humide d'un CrossFitter."

Bien sûr, il est possible, voire probable, que d'autres pays utilisent des poids comme des kettlebells à cette époque. Mais l'Allemagne, avec sa riche histoire de culturistes physiques et de musculation, est le lieu qui possède la documentation historique. (Felkar peut nommer au moins neuf revues, journaux et articles de cette époque qui le décrivent.)5 7 8 9 

La fin du 19e siècle était aussi l'aube de la mondialisation en termes de voyages internationaux et d'influence culturelle. Il y a de fortes chances que ce soit lors d'un rassemblement d'hommes forts à Vienne en 1898 où le Dr. Krayevsky est devenu plus familier avec la kettlebell en tant qu'outil de force et de conditionnement, après avoir rencontré l'entraîneur allemand innovant, Theodore Siebert.9 12 (Les fortes balançoires de kettlebell étaient des incontournables dans ses programmes.) Le médecin du tsar peut avoir ensuite a ramené l'idée dans son pays natal, où il a écrit son premier livre sur le sujet deux ans plus tard. (Felkar note que même si elle aime cette théorie, elle a besoin de plus de recherche.)

C'est également à cette époque que des hommes forts du cirque se sont rendus et parfois installés en Amérique, ouvrant des gymnases et donnant aux États-Unis leur premier goût de l'entraînement au kettlebell. Puis quelque part entre les années 1940 et 1950, sans aucune explication, il a disparu des gymnases américains sans laisser de trace. Personne ne peut comprendre pourquoi.

Timbre russe avec le biathlon kettlebell

L'aube des Kettlebells en tant que sport

Les théories sur la disparition du kettlebell vont du dégoût né de la guerre pour les artefacts russes à une vaste querelle entre deux magnats du fitness rivaux. (Pour les amateurs d'histoire, nous parlons de Joe Weider et Bob Hoffman - presque tous les gymnases devaient choisir un camp, et aucun de leurs systèmes d'entraînement n'incluait des kettlebells.) Bien sûr, il y a aussi une chance que l'engouement se soit tout simplement éteint, comme les extenseurs thoraciques ou l'aérobic.

Mais dans Mère Russie, l'engouement pour les kettlebell était bien vivant au milieu du XXe siècle. Le goût du tsar pour giros s'était depuis longtemps propagée de l'armée russe à la nation en général, et c'est ici que les kettlebells sont devenus non seulement un outil de conditionnement, mais un sport. C'était la plus grande chose qui soit arrivée aux kettlebells depuis le premier swing.

Le sociologue allemand Norbert Elias a plus ou moins défini le moment où l'activité devient sport, affirmant que le sport est une création culturelle moderne, déterminée par l'espace urbain, configuré comme un spectacle commercial, soumis à des réglementations formelles et sanctionné par les institutions publiques.

Le swing et la jonglerie de Kettlebell étaient un «exercice populaire» populaire parmi les communautés agricoles russes au XIXe et au début du XXe siècle, mais ce n'est qu'en 1948 qu'il est devenu officiel sport.

C'était l'année où la Russie, alors République socialiste fédérative soviétique, a refusé d'assister aux Jeux olympiques d'été à Londres, a déclaré le levage de kettlebell comme sport national et a organisé le concours de l'Union soviétique de Strongman à Moscou. Les concurrents de Kettlebell ont joué dans deux événements: le «long jerk», qui est un clean and jerk avec deux cloches, et le «biathlon», qui est un ensemble de secousses avec deux cloches suivies d'un ensemble d'arrachés.

Tout au long des années 50, 60 et 70, des écoles de sport sont apparues dans toute l'Union soviétique et il est devenu connu comme le «sport des travailleurs», en raison de son équipement peu coûteux et de son espace minimal. En 1981, la Commission officielle Kettlebell a été formée, qui a préconisé (mais n'a pas appliqué) la formation obligatoire de kettlebell pour tous les travailleurs. Cela, ont-ils dit, entraînerait une population plus en forme avec une productivité plus élevée et une facture de soins de santé moins chère. 13 14 Mais différents États soviétiques avaient tendance à avoir des règles, des poids, des dimensions et des styles de formation différents. Ce n'est qu'en 1985 que le sport a été modernisé et officialisé dans toute l'Union soviétique.

«C'est à ce moment-là que le sport a été réduit à dix minutes par exercice pour autant de répétitions que possible», déclare Steve Cotter, fondateur de l'International Kettlebell and Fitness Federation. «Dans le biathlon, vous obtiendrez une série de secousses et une série de bribes, et une fois que vous avez ramassé la cloche, vous ne pouviez absolument pas la poser. Mais les concurrents ont été capable de se reposer jusqu'à une heure entre les deux séries."

Une photo publiée par StrongFirst (@strongfirst) sur

Kettlebells for Fitness: un jeu de cloche différent

À ce stade, les kettlebells étaient un sport à part entière dans l'ancienne URSS, mais les mettant en œuvre pour aptitude - pas pour la performance, mais pour le bien-être, la rééducation, un cœur en meilleure santé, etc. - a une motivation et une pratique totalement différentes.

«Quand nous disons kettlebells pour le fitness, nous voulons dire que les gens les utilisent pour se mettre en forme, mais pas nécessairement en compétition dans un sport kettlebell», dit Cotter. «Dans le sport, vous faites beaucoup, beaucoup de répétitions, une à deux cents sans vous arrêter. Le fitness a un système énergétique différent et un état d'esprit différent."

Cotter et d'autres attribuent à la propagation des kettlebells un sport à Valery Fedorenko, un champion du monde du Kirghizistan qui a émigré en Amérique, a enseigné le sport et a fondé le World Kettlebell Club en 2006.

Mais ensuite, il y a la question du document de recherche de Felkar: pourquoi les Américains ont-ils commencé à utiliser les kettlebells comme outil pour aptitude? Pourquoi les gymnases ont-ils commencé à transporter des kettlebells après des décennies sans eux?

Habituellement, le mérite revient au biélorusse Pavel Tsatsouline, ancien entraîneur de soldats des forces spéciales soviétiques. Pavel est maintenant président de StrongFirst, Inc. et un expert en la matière auprès du US Marine Corps, du US Secret Service et des US Navy SEALs.

«L'origine des kettlebells pour le fitness remonte à environ 2001, c'est à ce moment-là que Pavel a lancé (le cours de certification) le Russian Kettlebell Challenge», déclare Cotter. «Le marketing utilisé avec cela est à l'origine de ce phénomène de fitness kettlebell que nous vivons encore aujourd'hui."

Felkar convient plus ou moins que le marketing de Pavel a été extrêmement influent dans la diffusion des kettlebells en tant qu'outil de fitness. Elle le compare à Eugen Sandow: il n'a pas été le premier gars à exceller en musculation, mais il était un génie du marketing qui a jeté les bases du monde d'aujourd'hui.

Mais en tant qu'universitaire, elle n'est pas entièrement convaincue que Pavel soit patient zéro pour le 21st épidémie de kettlebell du siècle. Elle souligne que de nombreux anciens athlètes de kettlebell soviétiques se sont enfuis en Amérique et ont ouvert des gymnases après la chute du mur de Berlin. Il y a plus de bibliothèques à visiter, d'archives à examiner, d'histoires à raconter. Elle nous appellera lorsqu'elle aura déniché suffisamment de données pour répondre de manière plus définitive à sa question de thèse.

L'avenir de l'histoire des kettlebells est entre ses mains.

Une photo publiée par StrongFirst (@strongfirst) sur

Emballer

«Le kettlebell a une histoire longue et complexe qui correspond finalement aux pratiques incarnées de l'haltérophilie elle-même. Vous avez plusieurs origines, noms, figures et façons de soulever l'objet lui-même », dit-elle. «Guerre, politique mondiale, mondialisation, climat multiculturel de l'Amérique du Nord. Il y a tellement de facteurs qui ont influencé l'essor non seulement de la culture physique, mais aussi de l'haltérophilie, jusqu'à la kettlebell elle-même."

On ne peut même pas dire que l'outil vient de Russie ou d'Allemagne, car il n'y a rien d'absolu à l'haltérophilie. Le kettlebell est au centre d'un réseau inconcevablement vaste d'influences et de pratiques internationales et interculturelles. C'est une énigme avec une poignée.

«Il y a tellement de variables impliquées», conclut-elle. «Et parce que c'est tellement compliqué et désordonné, le blogueur Joe moyen ne veut pas se mouiller les mains."

Mais il y a des choses que nous savons: le kettlebell est arrivé en Amérique bien avant Pavel Tsatsouline, et son sport moderne est peut-être originaire d'Allemagne, pas de Russie. Cela va à l'encontre de beaucoup de sagesse conventionnelle sur le kettlebell. Mais bon, au moins tu as les mains mouillées.

Image présentée avec l'aimable autorisation de @Strongfirst.

Bibliographie

1. Jan Todd. "De Milo à Milo: une histoire d'haltères, d'haltères et de clubs indiens". Iron Games History 3 (6) 1995: 4-16.

2. Jan Todd. «La culture physique et le corps magnifique. Exercice intentionnel dans la vie des femmes américaines 1800-1875 ». Mercer University Press, Macon, Géorgie, 1998.

3. Union internationale de l'haltérophilie Kettlebell (IUKL). "L'histoire du Kettlebell Lifting: De l'histoire d'origine et du développement du sport kettlebell". Union internationale de l'haltérophilie Kettlebell.

4. Andrew Volgograd. «History of Kettlebell Lifting» (document traduit), http: // girevoj.Narod.ru / histori.html. Histoire préparée à partir du texte russe «Girevoy Sport» par V. Polyakov et VI Voropaev, 1988.

5. Jurgen Giessing et Jan Todd. «Les origines de la musculation allemande: 1790-1970», Iron Game History 9, no. 2. 2005: 8-16.

6. Union internationale de l'haltérophilie Kettlebell (IUKL). "L'histoire du Kettlebell Lifting: De l'histoire d'origine et du développement du sport kettlebell". Union internationale de l'haltérophilie Kettlebell.

7. David P. Willoughby. «Les super-athlètes: un record des limites de la force humaine, de la vitesse et de l'endurance.”1970. Sud-Brunswick: A.S. Barnes.

8. Kimberly Ayn Beckwith et Jan Todd. «Requiem pour un homme fort: réévaluer la carrière du professeur Louis Attila», Iron Game History 7, non. 2-3 (2002): 43.

9. Bernd Wedemeyer (traduit par David Chapman). «Le père de l'athlétisme, Theodor Siebert (1866-1961): une vie parmi la musculation, la réforme de la vie et l'ésotérisme», Iron Game History 6, no. 3. 2000: 5.


Personne n'a encore commenté ce post.