Entraînement, maternité et Krav Maga avec l'athlète Masters Tina Angelotti

1811
Quentin Jones

De temps en temps, je peux parler avec des gens de notre communauté de fitness qui en savent beaucoup plus sur le fitness que vous et moi. Quand cela arrive, je m'assois et apprends de ce qu'ils ont à dire.

J'ai récemment eu la chance de parler à Tina Angelotti, 42 ans, qui est non seulement la directrice du fitness de Krav Maga Worldwide, mais aussi une athlète de fitness fonctionnelle accomplie. Plus récemment, Angelotti a passé deux saisons en tant que spécialiste de la gymnastique sur la liste des Rhinos de New York et, en 2015, s'est classé au sommet du classement des Masters de la série CrossFit Team dans le cadre des Masters of LA.

De plus, elle a accompli tout cela après avoir eu son premier enfant, Maddie, à 40 ans.

Oui, il est temps de se taire et d'écouter, car clairement, Tina a compris quelque chose.

Vous êtes en Krav Maga depuis près de 20 ans et en forme fonctionnelle depuis sept ans. De toute évidence, vous êtes un athlète incroyable, mais comment tout cela est-il arrivé??

J'étais gymnaste. Quand j'ai arrêté la compétition, j'ai commencé à entraîner. J'ai coaché ​​tous les niveaux, de la maman et moi au cheerleading en passant par les classes pour adultes et l'équipe compétitive. Finalement, cela mène à un entraînement personnel et à des cours d'exercices en groupe comme l'aérobic à fort impact, puis l'aérobic step, puis des cours de spinning et de sculpture.

En faisant cela, je savais que j'avais le désir d'en savoir plus sur le mouvement. Je suis retourné à l'école pour étudier la kinésiologie. J'ai travaillé en tant que formateur à l'école et j'ai pu appliquer ce que j'apprenais à l'école directement au travail.

Lorsque Tae Bo est devenu très populaire, l'une des filles qui était l'un des instructeurs de Tae Bo les plus populaires se trouvait être un instructeur dans le gymnase où j'enseignais. Elle avait un laissez-passer exclusif pour enseigner Tae Bo une fois par semaine. La classe comptait environ 200 personnes. J'ai adoré l'entraînement et j'ai adoré l'intensité, mais je n'avais pas vraiment l'impression de savoir ce que je faisais. Je me battais et je n'aimais pas ce que ça me faisait ressentir. Je savais que j'aimerais apprendre les coups de poing et les coups de pied et comprendre comment l'appliquer à un format d'exercice de groupe.

Juste au moment où cela se passait, j'ai été présenté à un propriétaire de Krav Maga. Ils voulaient introduire un programme un peu comme Tae Bo, mais ils avaient le même problème que moi en ce sens qu'ils voulaient que la classe soit plus spécifique aux techniques de frappe. Alors, j'ai commencé à prendre des relations privées avec le propriétaire, il m'a appris à frapper et à botter. J'ai pris ce que j'ai appris et je l'ai appliqué à la musique. C'était une classe d'exercices de groupe chorégraphiée à 8 comptages qui appliquait également la technique du poinçonnage - comment se tenir debout, comment reculer. Cela a fini par être une classe vraiment réussie. C'est comme ça que j'ai découvert le Krav Maga.

Une vidéo postée par Tina Angelotti (@tinaangelotti) sur

Qu'est-ce qui t'intéressait à propos du Krav Maga?

Une fois que je me suis impliqué, je suis devenu plus intéressé par les principes et le côté de l'autodéfense du Krav Maga. J'adore ça même si c'est considéré comme un «art martial», ce n'est pas haut sur «l'art."C'est haut sur le" martial.«Ce n'est pas joli et ce n'est pas gracieux, mais c'est vraiment pratique pour la rue.

Il n'y a aucun sentiment que tout doit être fait dans un sens. C'est plus ce qui fonctionne le mieux pour votre taille, votre forme, votre force. Ce n'est jamais pareil, et ça évolue toujours avec tout ce qui se passe dans le monde.

Comment vous êtes-vous retrouvé impliqué dans le CrossFit?

J'ai commencé à travailler chez Krav Maga il y a 19 ans. Au fil des ans, je suis passé au côté fitness [du Krav Maga] parce que c'est intense et dur pour le corps. Nous faisions beaucoup d'entraînement kettlebell et de mouvements de poids corporel. Nous allions déjà en quelque sorte dans une direction [similaire au CrossFit.]

Quelqu'un m'a présenté le CrossFit il y a environ sept ans, quand j'avais 35/36 ans. Je n'avais jamais utilisé d'haltères, alors j'ai dû aller apprendre toutes les choses sur les haltères. Dès que je me suis senti compétent en la matière, nous avons appris à intégrer le CrossFit dans les programmes de fitness du Krav Maga. Bien sûr, plus je commençais à faire du CrossFit, plus je m'impliquais dans le côté compétition car toute ma gymnastique s'appliquait si bien. C'était à mon avantage pendant longtemps - jusqu'à récemment, en tout cas. Je ne peux pas croire ce que tout le monde fait maintenant.

Une vidéo postée par Tina Angelotti (@tinaangelotti) sur

Parlons d'être un athlète de maître. Vous avez 42 ans maintenant et nous savons tous que la réponse du corps aux activités sportives change au fil du temps. Pour quelqu'un qui a été sportif toute sa vie, comment gérez-vous mentalement les limitations physiques de ne pas pouvoir récupérer aussi rapidement?

[Faire face à cela] est devenu la partie la plus importante de mon entraînement, car lorsque mon corps me fait mal et me fait mal, je n'aime pas l'entraînement. Je ne veux pas m'entraîner pour éviter la douleur. Je veux m'entraîner pour me sentir fort et puissant et pouvoir pousser.

Je dois me concentrer sur le fait de dormir suffisamment, car si je ne dors pas assez, tout me fait mal. Je fais aussi plus de tissus mous, de purée, d'étirement et de mobilisation. Plus récemment - et cela m'aide vraiment, vraiment - j'ai incorporé plus d'exercices d'hommes forts spécifiques au CrossFit comme traîner des objets lourds, porter des jougs, marcher des agriculteurs, des sprints de rôdeurs. Tous ces trucs qui ne nécessitent pas autant de stress sur les articulations, mais vous êtes toujours capable d'avoir des systèmes énergétiques forts, de travailler avec intensité, et de ne pas vous sentir endolori et endolori et juste abattu.

Au cours de la dernière année, [ces exercices] ont été très utiles pour continuer à un niveau élevé. Bien que je ne fasse pas autant de trucs CrossFit traditionnels avec la barre. J'ai senti qu'avec le temps, la barre causait plus de dégâts structurels. Je fais toujours du travail avec des haltères, mais pas aussi souvent.

Il est difficile en tant que maître athlète de commencer à apprendre les muscles ou à apprendre les papillons. Il y a une période d'apprentissage, où si les choses ne vont pas tout à fait bien - lorsque vous combinez une vitesse élevée avec le fait de ne pas avoir le bon schéma moteur et de ne pas savoir où votre corps est censé être à quel moment - c'est là que les choses peuvent mal tourner. Heureusement, j'avais déjà la compétence avant de devenir un athlète de maître, alors maintenant c'est une question de pouvoir rester conditionné au lieu de l'apprendre pour la première fois.

Une vidéo postée par Tina Angelotti (@tinaangelotti) sur

Y a-t-il déjà eu un moment de votre carrière où votre corps vous a échoué d'une manière surprenante ou particulièrement décevante??

Je pense que si j'avais accouché dans la vingtaine, revenir n'aurait pas été si difficile. J'ai eu Maddie quand j'avais 40 ans. Revenir à l'entraînement après l'avoir eue a pris beaucoup plus de temps que je ne le pensais, et cela a pris beaucoup plus de temps que les athlètes plus jeunes que moi. L'avoir et revenir, c'était tellement défait. Je me suis demandé si je voulais même le faire plus. Je ne voulais pas le faire, mais c'était presque inévitable.

J'ai fini par me forcer à m'entraîner parce que je l'avais eue en septembre, puis l'Open est venu cinq mois plus tard. J'ai sauté dans l'Open et j'ai poussé fort. Juste après cela, est venu la première moissonneuse-batteuse pour la NPGL. La première moissonneuse-batteuse est entrée dans la seconde, puis j'ai été signée, puis elle est entrée dans le camp d'entraînement. Tout le temps c'était juste aller aller y aller. Vite. Lourd. Difficile.

À la fin de la première saison, tout mon corps… chaque articulation faisait si mal. Je souffrais constamment. C'était difficile à gérer mentalement, car je voulais travailler et je voulais bien faire. J'ai dû prendre 3 mois de congé après ça.

Vous avez passé deux saisons parmi les 40+ athlètes des Rhinos de New York, mais nous avons récemment découvert que le NPGL était éliminant l'exigence de plus de 40 ans. Que pensez-vous du changement?

C'est décevant. J'ai adoré faire partie de cette équipe et être avec les jeunes athlètes. C'était inspirant de pouvoir côtoyer ces athlètes et de s'entraîner avec eux. Je pense aussi que c'est bien pour les téléspectateurs de pouvoir voir des athlètes plus âgés avec les athlètes plus jeunes.

Mais, l'intensité augmentait, avec plus d'habileté et des poids plus lourds. Il est juste plus difficile pour les athlètes plus âgés de faire des efforts et de s'entraîner aussi dur et de ne pas pouvoir récupérer aussi rapidement que les jeunes athlètes.

Dites-m'en plus sur le problème de récupération. Voulez-vous dire que vous avez plus de difficulté à récupérer pendant le match lui-même, ou était-ce plutôt une question de récupération après la fin du match??

Je n'ai pas remarqué [problèmes de récupération] pendant un match. Le temps de récupération d'une course à l'autre était le même que celui des athlètes plus jeunes, mais c'était les jours après. C'était intéressant, parce que je pouvais faire un match jour après jour et je me sentirais bien, mais c'était deux jours plus tard, trois jours plus tard, ou de reprendre l'entraînement après deux ou trois matchs où je me sentirais tellement endolori.

Ah je comprends. Le NPGL n'étant plus une option, quels sont vos objectifs actuels en matière de fitness?

J'adorerais me rendre aux CrossFit Games. Cette dernière année, j'ai passé beaucoup de temps en force et je suis devenu beaucoup plus fort, donc cette année d'entraînement a été une victoire personnelle. C'est génial que je sois plus fort pour moi-même, mais tout le monde est devenu plus fort aussi! Je suis étonné de voir à quel point certaines femmes sont fortes dans la catégorie des maîtres.

Nous devons donc veiller sur vous en 2017?

Oui!

Vous avez réussi à équilibrer l'intensité NPGL et l'entraînement pour les CrossFit Games tout en étant une nouvelle maman. Quels conseils donneriez-vous aux mamans qui disent ne pas avoir le temps de faire du fitness?

Les enfants ont besoin de votre attention et ils doivent être connectés à vous. Si vous pouvez les connecter au mouvement et à vous, vous vous occupez de tout. Vous avez du temps pour vous-même, vous vous connectez avec l'enfant et vous apprenez à votre enfant à faire de l'exercice. Si vous commencez quand ils sont jeunes, ils comprennent que c'est le moment de faire de l'exercice et que c'est ce à quoi on s'attend.

Une vidéo postée par Tina Angelotti (@tinaangelotti) sur

Comment incorporez-vous Maddie tout en vous entraînant à un niveau élevé?

J'ai la chance qu'elle puisse m'accompagner pour m'entraîner, ce qui est très bien avec le CrossFit. Si je peux l'incorporer d'une manière ou d'une autre, elle adore ça. Si je fais des traînées de traîneau ou des traînées de harnais, elle saute juste et va faire un tour sur le traîneau. Si nous faisons des sacs de sable, je lui donnerai un ballon et elle le portera à côté de moi. Elle courra à côté de moi pendant les sprints de rôdeurs.

Plus je peux l'incorporer, plus il est facile de faire le travail sans qu'elle veuille être retenue ou qu'elle ne veuille l'attention de maman. Elle est connectée avec moi quand elle peut le faire avec moi. Le plus dur est d'aller au gym.

Maddie montre-t-elle des talents particuliers en fitness?

Elle est une sorte de gymnastie! J'ai installé une barre sur le support et je l'ai mise tout bas et je l'attache pour qu'elle ne bouge pas, et elle se contente de la retourner encore et encore. Elle a aussi une barre, et je vais la mettre à côté de la mienne et elle le fera avec moi! Ils vous imitent. Quand tu penses qu'ils ne regardent pas, ils regardent.

Maintenant que vous avez un peu de vous en train de courir, quels conseils donneriez-vous à votre jeune moi?

Quand j'ai commencé à faire du CrossFit, il n'y avait pas autant de coaching et de raffinement qu'aujourd'hui. J'avais l'impression de faire partie du développement pour le comprendre. Ça a vraiment fait des ravages sur mon corps. Je dirais à mon jeune moi d'avoir un entraîneur, d'écouter l'entraîneur et de prendre le temps d'apprendre les étapes et de développer les fondations afin que ce soit quelque chose de durable en toute sécurité pendant une longue période de temps. Ensuite, vous appréciez le processus, au lieu de vous sentir battu et décomposé tout le temps.

Vous vous sentirez réussi à chaque étape. Trouvez un coach ou un mentor et prenez votre temps avec le processus, au lieu d'en faire plus que ce pour quoi vous êtes prêt. Laissez-le se produire naturellement et organiquement.


Personne n'a encore commenté ce post.