Antonio Urso annonce sa candidature à la présidence de l'IWF

4924
Abner Newton

Le week-end dernier, lors des Championnats d'Europe juniors à Eilat, en Israël, l'Italien Antonio Urso a déclaré sa candidature à la présidence de la Fédération internationale d'haltérophilie (IWF) lors des élections qui se tiendront en mai de l'année prochaine. Urso, l'actuel président de la Fédération européenne d'haltérophilie (EWF), est le premier challenger pour le poste actuellement occupé par le Dr. Tamas Ajande Hongrie.

Dans des commentaires faits lors de son allocution à 33 pays membres lors du congrès de l'EWF, Urso a blâmé les accusations de dopage et les violations de l'année dernière pour avoir laissé le sport de l'haltérophilie olympique sous un mauvais jour.

Antonio Urso; photo de la Fédération européenne d'haltérophilie

Selon des citations de Inside the Games:

«2016 a été la pire année pour notre sport, mais je ne suis pas surpris. En 2008, 2009 et 2010, j'ai écrit trois éditoriaux dans le magazine de la Fédération européenne et souligné que certains des résultats n'étaient pas des résultats humains, que certaines femmes devenaient un homme, que le dopage était incontrôlable. Si nous perdons notre place aux Jeux Olympiques, l'haltérophilie ne sera rien."

Urso a également exposé les points des changements proposés pour le sport qu'il prévoit de soutenir, s'il est élu:

  • Compétitions sur deux plates-formes se déroulant simultanément. Un pour les hommes et un pour les femmes.
  • En ce qui concerne les violations du dopage, Urso pense que la culture doit changer pour tenir les entraîneurs, les médecins et les physiothérapeutes responsables du dopage des athlètes. Il dit que les entraîneurs d'athlètes qui échouent aux tests de dépistage de drogues devraient également être sanctionnés pour ces actions.
  • La formation des entraîneurs est également une priorité pour Urso. Sous Urso, l'EWF travaille actuellement à la création d'une académie d'entraîneurs unique, où les entraîneurs gagneraient des qualifications à trois niveaux différents: national, continental et international. À cet égard, Urso plaide pour que l'IWF soit seule responsable de la formation des entraîneurs, où actuellement les fédérations nationales forment leurs propres entraîneurs.
  • Urso préconise que l'argent payé en amendes de dopage par les fédérations nationales soit directement consacré au renforcement des contrôles antidopage dans ce même pays. 
  • Enfin, Urso a exprimé des inquiétudes quant à l'efficacité des retests olympiques de 2008 et 2012. À son avis, de nombreux tests échoués concernaient des «produits vraiment très anciens» tels que Turinabol - une hormone utilisée dans l'ancien DDR (Allemagne de l'Est). Il demande comment un produit datant des années 1980 et avant ne peut pas être détecté sur la base des méthodologies et de la technologie de test d'aujourd'hui.

En plus de son mécontentement face aux méthodologies actuelles de dépistage des drogues de l'IWF, Urso a critiqué Ajan et la gestion financière de l'IWF. En 2013, Urso était l'un des auditeurs qui ont constaté que plusieurs millions de dollars de revenus olympiques n'étaient pas comptabilisés par l'IWF. En 2013, le Comité international olympique (CIO), avec le soutien du Tribunal arbitral du sport (TAS), a refusé de donner suite aux allégations.

Président IWF Dr. Tamas Ajan; photo d'IWf

Dr. Ajan occupe un poste de direction au sein de l'IWF depuis 1976. D'abord, il a été secrétaire général et il détient le titre de président depuis 2000. En 2017, il participera à sa 4e campagne à la présidence de l'IWF. En 2013, Urso a également fait campagne pour le poste de président, où il a perdu contre le Dr. Ajan.

Antonio Urso devient le 2e candidat que nous connaissons actuellement à déclarer une nomination au bureau exécutif de l'IWF. Le 14 octobre de cette année, USA Weightlifting (USAW) a déclaré la nomination d'Ursula Panandrea en tant que candidate membre du conseil exécutif. Lors du Congrès de l'IWF, qui s'est tenu avant les Championnats du Monde de la Jeunesse de l'IWF en octobre 2016, la Constitution et les Statuts de l'IWF ont été amendés et approuvés par le Bureau Exécutif et le Congrès. La nouvelle Constitution fournira un minimum de deux postes uniquement pour les femmes à la direction de l'IWF, l'un étant un vice-président et l'autre un poste de membre du Conseil exécutif.


Personne n'a encore commenté ce post.